Les manchots

JPEG - 22.7 koC’était en janvier dernier et plus précisément le 24 janvier, que la plus fabuleuse des aventures devait m’arriver, en partant vers une destination de voyage, que j’étais à mille lieux de penser choisir un jour….

Probablement le caractère du mal incurable dont je suis atteinte et avec lequel je me bats depuis plus d’un an, y est pour beaucoup. En effet, après plusieurs mois de chimiothérapie, pas encore terminée du reste, nous nous rendons en Antarctique, comme si il fallait là aussi encore de l’ultime…

JPEG - 45.3 ko

Nous avons fait une croisière extraordinaire au pays où les humains ne vivent pas…….

Une rencontre sublime : Partie pour vivre l’émotion des icebergs, je fis une toute autre rencontre, que je n’aurais jamais imaginé aussi intense.

Ma première colonie de manchots Papous !!!.

JPEG - 50.9 ko

Le premier contact fut des plus surprenants ; Il nous fallu passer outre l’odeur écoeurante du guano et les cris intempestifs des familles et des oiseaux…..

JPEG - 43 ko

Un genou à terre, je me mis à observer ce monde de manchots ; le spectacle fut magnifique et intense. Le temps de régler les appareils photos et bientôt je ne savais plus où donner de la tête tant les activités variées et débordantes de chacun m’entrainaient dans des rafales de photos.

JPEG - 54.5 ko

Je ne voulais perdre aucune miette de ce déploiement de remue ménage débordant de chacun d’entre eux. C’est aussi comme ci, je voulais tous les ramener chez moi ! Il faut dire que le sujet s’y prête bien et est facile à photographier… .

JPEG - 38 ko

Je suis d’abord subjuguée par les couples fraichement retrouvés, qui se font la cour en s’offrant des cailloux parfois trop gros pour leur taille .On dirait une véritable cour de séduction avec ces échanges de cailloux, en fait, utile et indispensable à la construction du nid, qui servira à couver le nouveau né pendant deux mois….. Ici, c’est une surveillance de chaque instant de l’œuf car les skuas sont là et un moment d’inattention est fatal .Et témoin impuissant, j’assiste à l’horreur, le skua mange un nouveau né tout vivant…. Là, les petits ont déjà pris du poids et commence à gambader, en réclamant sans cesse la becquée à leur mère qui elle, dépérit de jour en jour, tant et si bien qu’elle devient bien moins grosse que son petit, à force de jeuner et de régurgiter la nourriture pour son bébé. Il faut voir avec quelle passion, elles couvent leur nouveau né.

JPEG - 33.5 ko

L’attente du conjoint parti en mer à la recherche de nourriture se fait bien longue..Car le jeune réclame sans cesse la becquée, ceci est extraordinaire à observer ; le petit met sa tête dans la gueule de son parent et récupère la régurgitation de krill que le parent conserve depuis plusieurs jours pour le nourrir jusque l’arrivée du conjoint. Je ne me lasse pas de les prendre en photos, chaque expression est une véritable pose….

JPEG - 43.3 ko

Je suis émue jusqu’aux larmes, chaque scène est un ravissement.. Là nous avons des males qui revienne de leur pêche amenant la nourriture, le plumage est scintillant à leur sortie de l’eau. Et c’est à une véritable toilette que nous assistons, pas question de se présenter à madame Papou, sans être correctement séchés. Les voir jaillir de l’eau, très à l’aise bien , mieux adapter à la vie marine que terrestre, car c’est sans compromis que leurs ailes sont transformées en puissant nageoires. les voilà maintenant, regagnant le nid, se déplacer sur la terre ferme ressemble à une véritable épreuve de force, tant leur effort sont intenses et que la distance paraît si longue à parcourir..

JPEG - 67.8 ko

Et chacun retrouve sa chacune et son petit, car si pour nous, tous les cris semblent être identiques. En fait chaque cri est unique, et permet de communique et de retrouver ainsi sa famille dans cet incommensurable pouponnière des manchots de demain. Je suis là toute en admiration chaque scène étant plus intense et plus émouvante les unes des autres …..

Il est intéressant de voir la maturité différente du pelage des nouveaux nés et cela leur donne parfois des allures, à la coiffure de Pink , avec tantôt de la fourrure en alternance avec l’apparition de leur plumage. Celui ci, lorsqu’il sera complet leur permettra de prendre la mer et leur autonomie, enfin paré de leur habit du garçon de café… Il sera bientôt temps, car l’été austral est bien court, mais juste suffisant pour permette la reproduction de ces colonies de manchots qui repartiront bientôt dans l’océan et reviendront l’an prochain retrouver leur partenaire et reproduire à nouveau le miracle de la vie. Bientôt ici les glaces auront repris leur droit et l’hiver austral durera le temps d’un été chez nous….

JPEG - 95.4 ko

Notre temps à parti sur l’ile, tire à sa fin et il nous fallait penser à regagner le zodiac, commencer par brosser les semelles des bottes afin d’éliminer toutes traces du guano. C’est semelles propres que nous remontons de façon toujours aussi sportive dans le zodiac pour regagner notre navire qui nous parait perdu dans les glaces. A notre arrivé, nous avons à nouveau droit à la désinfection des bottes avant de rentrer dans le navire. Et chemin faisant, je songe que bientôt cette ile sera à nouveau déserte et prise par les glaces, jusqu’à l’été austral prochain.

JPEG - 56.2 ko

Je ne peux que me réjouir que la nature reprend ces droits et je suis heureuse de penser que la dureté du climat du continent blanc l’a jusqu’à aujourd’hui protégé de l’invasion humaine. Mais hélas la folie des hommes a fini par atteindre ce paradis immaculé et nous pouvons nous inquiéter sérieusement de la fonte des neiges, même si celle ci nous permet de nous rendre maintenant dans ces contrées et de les connaitre un peu mieux. Je pense qu’il nous faudrait fermer l’accès total de ce continent afin de préserver définitivement ces espaces vierges.

Une prochaine fois je vous raconterai les icebergs…

JPEG - 48.1 ko